J1 aux championnats de France 2017

May 23, 2017

 

 

  • Résultats de la journée

 

400 N♂ : Joris Bouchaut vice champion de France 3.50.65 4ème Jonathan Atsu 3.51.71 6ème Mathis Castéra 3.56.35 et Rémi Méresse finalise B 4.00.46

100 BRA ♀ : Solène Gallego 3ème 1.09.69

200 DOS ♂ : Christophe Brun 3ème 2.00.74 ; Geoffrey Renard finaliste A

400 4N ♀ :  Gwladys Larzul finaliste B 5.04.49

50 PAP ♂ : Paul Pijulet 3ème 24.12 ; 5ème Paul Lemaire 24.20 ; Guillaume Guth 1er Finale C 15-18 ans

50 NL ♀ : Lauriane Haag finaliste A ; Assia Touati 1ère finale B ;  Lou Ditière 1ère Finale C 13-17 ans et sélectionnée pour les championnats d'Europe juniors.

Séries 4x100 NL ♂ : 3ème en 3.20.68 pour Paul Pijulet, Florian Coiffard, Ganesh Pedurand, Vince Regent et 4ème en 3.26.19 Guillaume Guth, Louis Godefroid, Jean-Guy Délices, Pierre Rouault

 

 

  • 2016/2017, une saison sportive toute particulière

En cette semaine de Championnats de France, nous allons vous faire découvrir ou re-découvrir plusieurs nageurs vert et blanc au travers de diverses thématiques. 

Aujourd'hui nous nous intéressons à trois nageurs qui ont fait leurs preuves chez les jeunes et qui depuis attendent le jour de l'"éclosion" chez les séniors. Il s'agit de Gwladys Larzul (spécialiste du 200 PAP et du demi-fond), Geoffrey Renard (spécialiste du 200 et 400N) et Pierre Rouault (spécialiste du 200 et 400 4 nages).

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  • Qu’attendez-vous de ces championnats de France ?

Gwladys : « Très clairement, un podium sur ma spé et une qualification en équipe de France aux Universiades à Taipei cet été ».  

 

Pierre : « Je vise les finales A sur 200 et 400 4N. Je ne me fixe pas de chrono même si je connais le niveau pour les intégrer. J’y vais détendu. Le temps pour moi sera la conséquence de mon travail, pas mon objectif principal. Cette année les championnats sont plus tard dans la saison. Et ce n’est pas plus mal, j’ai pu me préparer plus longtemps et plus sérieusement. »

 

Geoffrey : « J’aimerais faire un podium sur 200 et 400 4N. Et plu globalement j’espère une amélioration globale de mes performances ».

  • Dans le sport, vous évoluez sans cesse. Et cette année est particulière pour vous car vous avez changé tous les trois de groupe d’entraînement. Gwladys, tu es passée du pôle Espoir au Pôle France, Geoffrey tu as changé d’entraîneur au Pôle France et Pierre tu as intégré le groupe Elite avec Walter Monbergé. Est-ce que ces changements ont entraîné une nouvelle dynamique ?

Gwladys : « Je suis passé du pôle Espoir au pôle France, tout comme mon entraîneur Philippe Miomandre. Dans mon groupe actuel, je suis la seule fille du groupe. C’est une autre mentalité. Ils me taquinent souvent mais c’est très stimulant. M’entraîner avec Joris Bouchaut, Mathis Castera cela me force à nager vite. Cette émulation me pousse véritablement. Le stage de préparation cet hiver notamment à Ténérife avec eux pour la première fois m’a vraiment permis de m’investir totalement. Ce groupe est tellement riche que j’ai toujours un partenaire d’entraînement. »

 

Pierre : « Cette année je trouve que nous avons une meilleure cohésion de groupe. L’ambiance est incontestablement meilleure et le groupe plus mature. C’est indéniablement un plus pour moi de nager avec des mecs qui vont plus vite que moi. C’est très motivant, surtout les jours où tu n’es pas bien. M’entraîner avec des nageurs de niveau international ou qui y aspirent c’est très motivant au quotidien. »

 

Geoffrey : « Beaucoup de changements sportifs cette année. J’ai changé d’entraîneur. De Lucien Lacoste je m’entraîne maintenant avec Philippe. 2 entraîneurs aux personnalités différentes et donc 2 approches du nageur différentes. Ma relation nageur/entraîneur a forcément changé. Quantitativement je nage plus de kilomètres c’est certain. Et qualitativement j’ai entamé une vraie réflexion sur le style des 4 nages avec notamment des outils que je n’utilisais pas avant : l’accéléromètre, la vidéo… Comme le dit Gwladys, nager avec Joris et Mathis c’est une chance. Ces nouveaux partenaires d’entraînement me tirent vers le haut. M’accrocher à eux c’est un véritable objectif et cela m'impose plus d'engagement et de rigueur. »

 

  • Est-ce qu’on peut dire que 2017 pour vous c’est l’année de la révélation ?

Gwladys : « Strasbourg c'est la semaine de la révélation ! On verra bien ce qui s'y passe. Pour l’heure j’avance et je ne me projette pas vraiment au-delà. »

 

Pierre : « L’année dernière était plus compliquée pour moi en termes d’entraînement et de compétition. La dynamique du groupe ne me correspondait pas trop. Aujourd’hui, je me trouve plus épanoui dans la dynamique du groupe et heureux dans ma vie. Je pense avoir passé un cap. Ça se répercute forcément dans l’eau. Et de mon point de vue le mental est indissociable de la performance. Sans un bon mental tu te brides. Dans mon groupe, j’ai des nageurs de niveau international, c’est très motivant au quotidien pour moi qui n’en ai pas faites. A leurs côtés, j’espère bien trouver les solutions et les moyens pour me permettre d’atteindre mes objectifs.»

 

Geoffrey : « 2017, c’est une année de changement c’est certain. J’ai fait un bond en avant. Sur le plan scolaire, je suis entré à la fac en STAPS et j’ai dû apprendre à me débrouiller tout seul car le rythme n’est plus du tout le même qu’au lycée. C’est un grand changement dans l’organisation mais j’ai trouvé mon rythme de croisière. Sportivement, c’est déjà une belle année pour moi. Avec le meeting d’Amsterdam en décembre dernier, j’ai eu un cadeau de Noël avant l’heure. Avec 4.25 sur 400 4N j’étais à 1 seconde des meilleurs du meeting. Et pour les N1, je me suis préparé toute l’année à ça. Et si les résultats ne sont pas à la hauteur de mes objectifs, je prendrais le temps d’analyser les points sur lesquels travailler. »

Please reload

Archives
Please reload

© 2014 Les Dauohins du TOEC - 54, rue des 7 Troubadours - 31000 Toulouse - tél: 05 61 99 10 10 - fax: 05 61 99 10 14 - localiser - Siret : 34233163400028