Philippe Miomandre, portrait d'un des entraîneurs "élite" du TOEC

December 10, 2016

 

A l’extrême Sud-Est du Canada, juste à la frontière avec les Etats-Unis, se dresse Windsor. Petite ville canadienne qui fait face à la ville américaine de Détroit dans le Michigan et ne compte qu’à peine plus de 200 000 habitants. Environ 2 fois moins que Toulouse. Toulouse, dont 3 de ses habitants réguliers sont venus participer aux Championnats du monde de natation petit bassin qui animent justement la ville de Windsor depuis mardi. 

 

Deux nageurs des Dauphins du TOEC, Joris Bouchaut et Solène Gallego, mais aussi l’un de ses entraîneurs : Philippe Miomandre, en charge du groupe demi-fond du Pôle France depuis le début de l’année. Et c’est à 45 ans, sa toute première équipe de France chez les Séniors, un événement dans la carrière d’un coach.

Sa présence au Canada est loin d’être le fruit du hasard. Bien qu’il s’en défende humblement : « C’est avant tout les résultats des nageurs qui expliquent ma raison d’être ici », de nombreux autres facteurs expliquent cette sélection au plus haut niveau international. Et pour le comprendre, revenons un peu sur son parcours.

 

Né en 1971 à Ussel, en Corrèze, Philippe intègre la structure Sports-Etudes de Limoges en 1984 et devient vice-champion d’Europe Junior au titre du relais 4x200m nage libre en 1987 à Rome. Il intègre ensuite le CPEF (ancêtre du Pôle France) de Toulouse en 1988 et prend part à de nombreuses finales nationales sur ses spécialités, le 200 et le 400 mètres nage libre. Après avoir passé son BEESAN, il décide d’arrêter sa carrière de nageur et intègre l’armée pour son service militaire. Dès son retour il décide de passer son BE2 (Brevet d’Etat permettant d’entraîner un groupe de nageurs) et commence à entraîner le groupe « Horaires Aménagés » du club dès 1996. En 2000, le Pôle Espoir est créé aux Dauphins du TOEC, il en devient l’entraîneur officiel. Il le restera jusqu’en 2016, année de passage de relais du pôle France entre Lucien Lacoste, Philippe et Walter Monberge.

 

 

Philippe dispose déjà d'expériences internationales en tant que coach. Dès 2008, il fait partie des entraîneurs présents aux Championnats d’Europe Juniors à Prague. Il sera également sélectionné aux éditions 2009, 2011, 2012, 2014 et 2015. En 2013, il fait partie de l’équipe qui part à la COMEN et en 2014 de celle qui part en Chine pour les Jeux Olympiques de la Jeunesse.  Il y a donc une forme de continuité dans cette ascension qu’il s’astreint à modérer : « Deux nageurs des Dauphins du TOEC se sont qualifiés pour cette compétition. Un de mon groupe et une de celui de Walter. Je suis là mais ça aurait très bien pu être lui. Ma présence est le résultat d’un travail commun. Et puis même si je suis très heureux d’être ici, ma place n’est pas assurée, tout le travail est remis en question à chaque échéance internationale ». 

Il reconnaît quand même que de vivre cette expérience est un vrai plus : « C’est très important quand tu entraînes un groupe d’élite, de voir ce qui se passe ailleurs. Que ce soit dans les autres clubs français que dans les autres pays ». Lucien Lacoste, entraîneur emblématique des Dauphins du TOEC et ancien directeur des équipes de France confirme : « C’est toujours très exaltant de voir ce qui fait à travers le monde. Les nageurs qui s’affrontent en finale des grands championnats sont souvent à quelques centièmes les uns des autres, et pourtant ils s’entraînent souvent de façons très différentes. Ce qui vit actuellement Philippe est important, ça servira par ricochet pour le Pôle et pour le club ».

 

 

C’est donc une forme de passage de relais qui s’effectue entre Lucien Lacoste et ses deux successeurs autant dans le club que dans l’équipe de France. « J’ai conscience d’avoir peut-être retardé l’accès de Philippe et Walter à l’équipe de France Sénior mais il me semble qu’aujourd’hui, ils ont toutes les armes pour faire partie de ces sélections en y emmenant des nageurs au plus haut niveau » reconnaît Lucien Lacoste. Une longévité des entraîneurs toulousains au sein de l’équipe de France que Philippe Miomandre souhaite continuer à perpétuer : « Le véritable objectif, ce sera d’emmener le plus de nageurs possibles du TOEC, cet été à Budapest pour les Championnats du monde grand bassin ».

 

Car c’est bien cela dont il s’agit.

 

La première récompense d’un entraîneur, c’est la réussite de ceux qu’il s’évertue à rendre plus forts.

 

 

Please reload

Archives
Please reload

© 2014 Les Dauohins du TOEC - 54, rue des 7 Troubadours - 31000 Toulouse - tél: 05 61 99 10 10 - fax: 05 61 99 10 14 - localiser - Siret : 34233163400028